Le confinement…depuis ma fenêtre

Comme tout le monde, les Audacieux.ses vivent avec la pandémie Covid 19 et vivent aussi le 2e confinement, imposé par les autorités sanitaires.

Que fait-on ? Comment vit-on le confinement, quand on est Audacieux.ses ?

Alors Confinement Saison 2…Paroles de confinés.ées, vu depuis ma fenêtre…

 

Eliane, 72 ans, Paris

Dans la nuit de Paris
“Dans les nuits de Paris ou d’Antibes, Michel Portal et sa clarinette égrène pour nous une musique chaude, vivante, parfois déchirante, clameur d’animal blessé.
Baume pour les cœurs en hiver, ceux qui en ont trop vu, rempart au petit matin grisâtre, lancinante mélodie, tu nous accompagnes pour faire front,  pareil à un voilier filant ses quinze nœuds sous la houle, la mélodie enfle en rafale, paquets de mer, embruns, les yeux piquent, la dernière note culmine sous des creux de vingt mètres.
Danses d’enfants dans la prairie, farandole, girandole à Michel Portal et à sa clarinette ; même le soleil lui sourit”.

Dominique, 65 ans, Bagnolet

“J’ai reçu la semaine dernière une invitation pour un apéro zoom avec les Audacieuses et les Audacieux. Comme avant les vacances. Comme lors du premier confinement. Les réunions/conférences/apéros Zoom redémarrent. Sauf que ça n’a plus le goût de la nouveauté, ni le côté un peu rigolo d’un pis-aller qui ne va pas durer. La saison 2 du feuilleton « confinement » ne me met pas en joie. Comme beaucoup de gens j’imagine.

Mais je suis ravie de revoir des Audacieuses et les Audacieux même si c’est de loin. Je suis toujours aussi amusée quand certain.e.s retrouvent les mêmes problèmes de réglages, de son, d’images, de luminosité, et j’en passe….

Je suis heureuse des bonnes nouvelles que nous transmet Stéphane. Tellement contente que le projet semble avancer malgré toutes ces difficultés inhérentes à la période, en plus de la complexité de l’idée elle-même. Pouvoir y croire de nouveaux, malgré tous ces hauts et ces bas. Je ne savais plus trop quoi répondre aux ami.e.s qui me demandent où ça en est… J’en venais à douter moi-même…

Il y a près d’un an, j’avais eu l’envie de faire une sorte de Journal de la maison. Un compte FB où la Maison aurait raconté, à travers nos ressentis, son quotidien, ses espoirs, ses déceptions, les visites ratées, les recherches encourageantes, les bonnes nouvelles, les très bonnes…. Mais je n’ai pas rencontré beaucoup d’enthousiasme autour de moi. Sans doute, ce n’était pas une si bonne idée et vu le ralentissement général cela n’aurait tenu personne en haleine…

Mais nous, les vraies personnes nous avons continué à nous réunir autour de ce projet, à réfléchir à et lire sur tant de sujets qui ne seront pas perdus et qui nous auront beaucoup apporté (les modes de prise de décision, la gestion des conflits, la place des non-habitants, la fin de vie…).

Je regrette juste, comme je continue un emploi salarié de ne pas avoir assez de temps pour mieux me consacrer à tout cela. Surtout que je veux continuer dans mes activités plaisirs et ne rien sacrifier à mon entourage.

Je pourrais penser qu’en économisant sur les transports je vais avoir davantage de temps pour moi mais c’est un marché de dupe. Je trouve que ça sent l’arnaque. 

Les nouvelles générales ne sont franchement pas bonnes. Je connais de plus en plus de gens malades. Il fait froid et il fait nuit de bonne heure. C’est un peu fichu cette année pour les grandes balades dans les feuilles mortes.

Alors je passe des heures au téléphone, je lis, je marche dans la ville, on programme entre ami.e.s des séances aux même horaires, suivies d’un débat comme au temps de bons vieux ciné-clubs, j’ai repris le tango seule avec mon balai autour d’une chaise ou le long du mur (peut-être que ces trois-là en sont heureux…).
Et j’attends l’apéro zoom de mercredi prochain…

Isabelle, 64 ans, Paris

“J’adore les jeux de société !
Plus ils sont difficiles et plus je les aime.
Avec le confinement, je peux jouer en solo, ce qui permet aux journées de passer plus rapidement.

Mais ce que je préfère, c’est de rassembler une bande d’amis.es autour d’un jeu convivial et passer une après-midi à réfléchir, rire, se chamailler, être ensemble”.

 

Back To Top